Hommages

La communauté Alpine est en deuil, un « Grand d’Espagne » vient de nous tirer sa révérence…

Qui mieux que Francisco Conde Diez-Alegria peut représenter l’aventure Alpine en Espagne ? Il s’était en effet vu confier la responsabilité du département Alpine de la FASA dès sa création en 1963, et il a conservé cette charge jusqu’à la sortie de la dernière Berlinette produite outre Pyrénées en 1978 !

Nullement prédestiné à cette fonction, le jeune ingénieur qu’il était alors s’est pourtant aussitôt investi avec passion dans ce challenge que lui proposait sa Direction et depuis lors, cette passion ne l’a plus jamais quitté. Ces jours derniers, il travaillait encore à la rédaction de ses mémoires sur cette époque, désireux qu’il était de laisser trace de son expérience pour la postérité.

Depuis la Berlinette et le Cabriolet A108, jusqu’à l’ultime version A110 1400 de la Berlinette, qu’il avait d’ailleurs pris l’initiative de développer seul sur place, toute la fabrication Alpine espagnole a été réalisée sous son autorité et chacun des 1904 exemplaires produits là-bas a reçu un « visto bueno » de sa part après qu’il eut effectué lui-même un (suite…)

29 Juin 2016

Hommage à Marcel Hubert « L’homme aux semelles de vent »

Notre collègue Marcel Hubert, à qui le palmarès et l’image de la marque Alpine doivent tant, s’est éteint le samedi 5 mars à l’hôpital de Dieppe. Il avait 92 ans. Génial aérodynamicien, il a conçu des carrosseries aussi belles qu’efficaces, à la manière d’un sculpteur ou d’un grand couturier, en ayant une application très pragmatique de sa science. Au cours de la vingtaine d’année qu’il a passée chez Alpine, puis chez Renault, il s’est construit un nom qui très vite est devenu une référence dans le milieu du sport automobile.

Sa collaboration avec Jean Rédélé a commencé en 1962, lorsque ce dernier a décidé de créer sa propre voiture pour courir au Mans. Le jeune constructeur dieppois avait alors une idée très claire en tête. Ne disposant que d’un moteur Renault de 1.000cm3 qui, même amélioré par (suite…)

11 Mar 2016

Le maître du vent s’est envolé, Marcel Hubert n’est plus

Nous connaissions tous ses problèmes de santé et nous n’ignorions pas qu’à moyen terme, ceux-ci l’entraineraient inéluctablement vers une issue fatale. Marcel Hubert a rendu son dernier souffle ce samedi 5 mars à l’hôpital de Dieppe, il avait 92 ans.

Il sera inhumé à Beaumont en Argonne dans les Ardennes et pour permettre à ses anciens collègues dieppois de lui rendre un ultime hommage, une cérémonie civile aura lieu à la Maison Funéraire des PFG de Dieppe le jeudi 10 mars à 14h30.

Ni fleurs, ni plaques ne sont souhaitées mais des dons seront collectés pour la recherche contre la maladie d’Alzheimer (en espèces ou par chèques libellés à l’ordre du Trésor Public).

Après ce moment de recueillement, la famille recevra ses proches, ainsi que les amis du disparu, à partir de 15h30 à l’hôtel Mercure de Dieppe, pour une collation.

Nota : L’accès à la Maison Funéraire se situe à l’extrémité de la rue Jean Ribault (côté gare) et nous attirons votre attention sur les difficultés de stationnement à proximité.

Les Anciens d’Alpine

(suite…)

08 Mar 2016

L’effectif du peloton continue de fondre…

Un autre des pionniers de l’aventure Alpine vient de prendre l’échappatoire, Daniel Maréchal a été foudroyé par une hémorragie interne imprévisible.

Entré à 18 ans dans le secteur carrosserie des « Etablissements RDL », il va y acquérir les rudiments du métier de plasturgiste sous la coupe de Roger Prieur. Sa carrière sera exemplaire puisqu’il gravira progressivement tous les échelons dans le domaine de la carrosserie automobile, pour terminer sa carrière comme responsable de fabrication à l’usine Alpine. (suite…)

21 Août 2015

Roger Prieur, le ‟Maître carrossier” d’Alpine

Roger Prieur et Jean Rédélé étaient cousins germains mais ils ont passé une bonne partie de leur jeunesse ensemble car les circonstances de la vie ont fait que Madame Rédélé a été amenée à recueillir la fratrie Prieur…

Les deux hommes se connaissaient donc très bien et Jean appréciait les qualités de son cousin : intelligent, imaginatif, astucieux… Si bien que, lorsque celui qui allait devenir plus tard ‟Monsieur Alpine” décida de développer et de produire lui-même la voiture de sport qu’il avait en tête, c’est tout naturellement vers son cousin Roger qu’il s’est tourné pour lui proposer de l’aider à relever ce défi. Et ce dernier a immédiatement tout lâché pour se lancer dans l’aventure !

(suite…)

02 Fév 2015