5 novembre 2012 Une date historique pour Alpine

Depuis sa création voici maintenant un peu plus de dix ans, notre Association des Anciens d’Alpine n’a cessé d’agir pour promouvoir l’image d’Alpine et pour fédérer la passion que suscite la marque dieppoise.
Nous avons été frappés par l’engouement de tous ces passionnés et par la valeur mythique qu’ils attribuent à l’aventure Alpine. Nous avons également été surpris de constater que cet attachement ne se limitait pas à un noyau de « vétérans » nostalgiques de cette heureuse époque mais qu’il concernait également bon nombre de jeunes, tout aussi enthousiastes que leurs aînés.
Le point commun à tous ces fans, c’est l’admiration qu’ils vouent à Jean Rédélé, le créateur inspiré à l’origine de « l’épopée », et leur espoir fervent de voir un jour le site historique de Dieppe produire à nouveau de « vraies Alpine ».
Pour nous « les Anciens », qui avons eu la chance de tenir un rôle dans cette belle aventure, comment ne pas nous sentir en totale harmonie avec eux ? Aussi, lorsque Carlos Tavares a commencé à exprimer publiquement sa volonté de faire renaître Alpine, et même de réinventer la Berlinette, nous nous sommes pris à rêver…
Alors ce lundi 5 novembre 2012 restera une date historique à nos yeux. L’annonce d’un accord de partenariat entre Renault et Caterham pour concevoir, développer et industrialiser de futurs véhicules sportifs constitue en effet le premier pas vers la réalisation de notre rêve. Quel plus beau cadeau d’anniversaire pouvait-on espérer pour les dix ans de l’AAA ?
Bien sûr, cette poignée de main symbolique échangée entre Carlos Ghosn et Tony Fernandes ne règle pas tous les problèmes. Il s’en trouvera encore beaucoup à surmonter avant qu’une nouvelle Berlinette ne fasse le bonheur de ses premiers clients, mais cette collaboration a le grand mérite de résoudre l’incontournable équation économique qui conditionnait la poursuite du projet.
Et puis, quand on y regarde de près, la Société des Automobiles Alpine Caterham dispose d’atouts sérieux : d’une part, les deux marques partagent la même vision de la génétique d’une automobile sportive (légèreté, agilité, performance, design fort), et d’autre part, l’un des partenaires possède déjà un outil de production idéalement adapté pour fabriquer les deux versions du futur véhicule. Quelle meilleure issue pouvait-on entrevoir pour l’avenir de l’usine dieppoise ?
Reste à savoir maintenant si l’ADN en question sera bien présente dans la nouvelle Berlinette. Les informations dont nous disposons et les relations de confiance que nous avons le privilège d’entretenir avec les responsables concernés nous incitent à l’optimisme. En tout cas, croyez bien que nous nous attacherons à faire en sorte que Jean Rédélé puisse être fier d’avoir été l’inspirateur de cette Alpine des temps modernes…
Nous avons la prétention de croire que notre militantisme a pu contribuer à l’aboutissement auquel nous assistons aujourd’hui. Mais nous n’étions pas seuls dans cette croisade. Il faut également souligner le rôle des clubs qui boostent la passion Alpine, celui de nos revues spécialisées (Mille miles et Berlinette mag) qui perpétuent la légende, et puis surtout, celui des propriétaires. Ils sont les meilleurs ambassadeurs de la marque et répètent à l’envi qu’ils continuent à éprouver toujours autant de plaisir au volant de leurs belles dieppoises !
Un grand merci à tous et aussi un très grand bravo à Renault pour avoir osé prendre enfin cette difficile décision de redonner vie à Alpine…
Voila qui donne tout son sens à la rencontre que nous allons organiser à Dieppe les 31 mai, 1er et 2 juin 2013. Cet événement constituera le trait d’union entre le premier tome de l’histoire Alpine, qui s’est achevé en 1995 sur l’arrêt de la production de l’A610, et le second qui vient de s’ouvrir avec cette annonce qu’une nouvelle Berlinette est à l’étude et qu’elle sera produite sur le site dieppois dans le cadre d’un accord de partenariat entre Renault et Caterham.